Lettre J

Jalousie

La jalousie, dans un couple, arrive souvent à se faire passer pour une preuve d’amour. Comme si elle était la seule et unique démonstration valable que l’autre compte pour nous. Et comme si ne pas être jaloux était la preuve d’un manque d’amour. Pourtant il a beaucoup d’autres manières de prouver son amour qui ne mettent pas dans un état si pitoyable.

On est certainement tou·te·s d’accord pour dire que c’est sacrément désagréable d’être jaloux·se ! Notamment parce qu’on est jaloux·se quand on a peur : peur de perdre l’autre, peur de ne pas être assez bien, peur qu’il ou elle rencontre quelqu’un d’autre. On fait donc payer à l’autre ses peurs en tentant de la ou le contrôler, en se permettant d’exiger des comportements, des phrases, des censures. La jalousie, c’est tenter de contrôler l’autre, pour qu’elle ou il fasse les choses comme nous on en a envie.

Jouissance (sexuelle)

On dit qu’on jouit quand on a du plaisir sexuel et/ou un orgasme. On peut y arriver seul·e, par la masturbation, à deux, ou à autant qu’on veut. C’est encore une fois quelque chose d’intime, donc personne n’a à juger.

On a aussi le droit d’en parler avec qui on veut, tout en respectant les limites de l’autre. On remarque que c’est plus facile pour un garçon de parler de son plaisir, parce que c’est mieux connu et plus visible. Ça vient notamment du fait que la société répand l’idée que les hommes ont tous un grand désir et « appétit » sexuel, qu’ils n’arrivent pas à retenir leurs pulsions, que c’est plus fort qu’eux. La sexualité masculine est beaucoup plus acceptée et banalisée. Comme si génétiquement, les hommes naissaient avec un besoin insurmontable de faire l’amour à tout ce qui bouge. Un mec qui a plein de partenaires est considéré comme un beau gosse, un Don Juan, un vrai mec, alors qu’une fille qui couche avec qui elle veut est vite traitée de « pute », de « trainée », « d’allumeuse », enfin bref, d’un paquet de trucs. Ça ne sort pas de nulle part. Ça vient du fait qu’on est dans une société qui cherche à contrôler les femmes et principalement leurs corps, et que du coup, une femme qui fait ce qu’elle veut, ça fait peur aux hommes.

Mais heureusement, les femmes jouissent aussi, et ce n’est pas honteux de le dire ! Le plaisir féminin est aussi riche et fort que le désir masculin. Il s’exprime de différentes manières selon les filles et elle doivent souvent le cacher davantage que les garçons pour ne pas être critiquées mais elles jouissent bel et bien ! Et une femme qui jouit et/ou qui le dit n’est pas non plus une « salope » ou une « dévergondée » ! C’est tout à fait normal. De même qu’un mec qui n’a pas beaucoup de désir n’a pas besoin de prouver quoique ce soit à qui que ce soit. Il fait ce qu’il veut, et il ne sera pas « plus un homme» parce qu’il couche.

Voir aussi : slutshaming