Il ou elle menace de diffuser des photos intimes

#amour
#couple
#violence

“J’ai été victime d’un pervers narcissique durant 1 an. Je veux le quitter sans attendre, ayant finalement découvert le pot aux roses. Mais ce dernier, très colérique, manipulateur et violent, m’a déjà menacée de publier ou de faire circuler des photos de moi nue, ou des vidéos que l’on a faites dans notre intimité.”

Shirley, 25 ans

Les signes de l’abus

Ton ou ta partenaire :

  • Prend des photos ou des vidéos de toi à ton insu ;
  • T’incite à lui envoyer des nudes ou des sextos alors que tu n’en as pas envie ;
  • Te fait du chantage si tu n’accepte pas de lui en envoyer ;
  • Te reproche de ne pas avoir l’air enthousiaste quand il·elle te demande des nudes ;
  • Envoie des photos ou des vidéos de toi à d’autres gens ;
  • Refuse de supprimer des photos ou des vidéos si tu le lui demandes ;
  • Menace de les envoyer à d’autres gens quand tu annonces que tu souhaites rompre.

Réagir

Envoyer des photos ou des vidéos de soi qui nous mettent en scène de manière sexuelle ou érotique, c’est tout à fait ok. Ca fait partie des choses qu’on peut faire dans le cadre d’un couple, dès lors que les personnes impliquées sont d’accord. Toutefois, ça n’a rien d’obligatoire : si l’un des membres du couple n’en a pas envie, l’autre n’a pas à la/le forcer. Il peut arriver que ces photos ou vidéos soient utilisées dans le cadre de chantage, par exemple lors d’une rupture. Leur diffusion à l’insu de la personne qui est dessus s’appelle du revenge porn, et c’est interdit par la loi. Il faut savoir que les femmes représentent 90% des victimes de revenge porn. Si tu es dans cette situation, tu n’as pas à t’en vouloir ! Ce n’était pas à toi de ne pas envoyer les photos, mais bien à lui/elle de ne pas les diffuser !

Ces pratiques sont assez récentes et se sont développées avec la généralisation du smartphone. La justice a prononcé des lois claires, assez récemment, sur le sujet. Aujourd’hui, quelqu’un reconnu coupable de ce délit encourt jusqu’à deux ans de prison et 60.000€ d’amende. Si cela t’arrive, il est important que tu ne reste pas seul·e. Ce qui fait le «succès» de ce mode d’intimidation, c’est justement la honte des victimes : en parler à un·e ami·e ou à une association, c’est déjà briser la moitié de la stratégie de celui ou celle qui te veut du mal.

Il existe des structures spécialisées, qui sont habituées à ça et qui peuvent t’accompagner, comme NET ECOUTE joignable gratuitement au 3018 (gratuit et anonyme, ouvert du lundi au vendredi de 9h à 20h et le samedi de 9h à 18h). Une application « 3018 » a été lancée le 8 février 2022 soutenue par le Gouvernement

Le Guide de Protection Numérique du Centre Hubertine Auclert est également un mine d’informations. Tu peux y trouver les moyens de te défendre en cas d’agression, mais aussi des techniques pour te protéger d’une éventuelle agression. Le but de ce site est de te donner les moyens de vivre ta vie en ligne le plus librement possible.

Tu vis une situation que te rend mal à l'aise ?

Tu peux te rendre sur notre tchat pour te confier et demander des conseils à un ou une professionnel·le.

Discuter avec un·e pro

En avant toute(s)

à lire aussi

Je discute sur le tchat

Tu te poses des questions sur ton couple ou ta famille ? Ta meilleure amie vit des violences et tu ne sais pas comment l’aider ? Une soirée étudiante s’est mal passée ?

En parler sur le tchat

Un tchat anonyme, sécurisé dont la confidentialité est garantie

Une écoute bienveillante et des conseils de professionnel·les

Un tchat entièrement gratuit

Lundi au jeudi : de 10h à 00h
Vendredi et samedi : 10h à 21h