Sexualité solo

La sexualité solo, c’est aussi ce qu’on appelle l’autosexualité. C’est la sexualité que tu as avec toi-même. Ce n’est pas que la masturbation (le fait de se donner du plaisir en stimulant tes organes génitaux), ça comprend aussi les caresses, les baisers, les massages, et tout un tas d’autres activités que tu peux avoir avec toi même pour te donner du plaisir, et te faire du bien.
On entend aussi parler d’autosexualité pour parler de l’orientation sexuelle qui consiste à être attiré sexuellement uniquement par soi-même. Ici, on se concentre surtout sur la première définition, mais pour en savoir plus sur cette orientation sexuelle, tu peux consulter notre page “Comment connaître son orientation sexuelle ?”

Qui peut se masturber ?

C’est simple, tout le monde ! Que tu sois en couple ou non, quelle que soit ton identité de genre ou ton orientation sexuelle, que tu aies un, plusieurs, ou pas de handicaps, que tu sois fin·e ou gros·se, tout le monde peut se donner du plaisir !

Voir aussi : Être grosse empêche-t-il d’avoir une vie sexuelle ?

Il y a beaucoup de préjugés sur la masturbation, qui montrent que la sexualité masculine et féminine ne sont pas du tout considérées de la même manière. Par exemple, on attend des garçons adolescents qu’ils se masturbent, en regardant des films pornographiques. On considère qu’ils ont forcément des désirs sexuels, et qu’ils savent les apprivoiser par la masturbation. Or, il y a des garçons qui ne ressentent pas forcément le désir de se masturber, ou peu souvent, ou qui n’arrivent pas à se masturber. C’est tout à fait courant ! Ce n’est pas parce qu’on est garçon qu’on a du désir, et qu’on sait l’apprivoiser. Tout comme ce n’est pas parce qu’on est une fille qu’on n’a pas de désir ou qu’on ne sait pas se faire du bien.

Du côté des filles, elles sont censées cacher leur sexualité. On imagine mal des filles qui parlent de masturbation entre elles. Et pourtant, les filles aussi peuvent prendre du plaisir toutes seules, et ça ne correspond pas forcément aux clichés ! Quand on imagine une fille qui se masturbe, on pense qu’elle allume des bougies, qu’elle est sensuelle, qu’elle se pénètre forcément (avec ses doigts ou avec des objets). Finalement, quand on imagine ça, on pense à une scène qui doit être excitante, plus d’un point de vue extérieur que pour la fille qui se masturbe. C’est parce qu’on pense souvent à l’autosexualité féminine comme une moyen d’exciter les hommes, et pas comme un moyen pour les femmes de se faire du bien. Cela relève du sexisme, et de l’idée que la sexualité des femmes n’a pas d’autre fin que le plaisir masculin. Pourtant, l’autosexualité d’une fille, c’est pour elle, et rien que pour elle. Pour qu’elle se fasse du bien, qu’elle découvre et apprivoise son propre corps.

Lien image : https://drive.google.com/open?id=16bl7QJl1DF4gwHe1b5DUGcEBM-zSgEkH

Si tu es en situation de handicap·s, tu as tout autant le droit de te faire bien que les personnes valides ! Il y a tout autant de manière de vivre ses handicaps, qu’il y a de personnes qui le vivent, et ce que tu ressens est tout à fait légitime ! Lorsque l’on est dans une situation de handicap (sachant que ces situations sont tout aussi variées que les personnes qui les vivent), il est possible d’avoir un rapport difficile avec son corps, que ce soit à cause des multiples examens médicaux, des violences médicales, d’hypersensibilités, de nombreuses cicatrices ou pour plein d’autres raisons. Mais tu peux tout à fait explorer ton corps et ton esprit, pour nouer un rapport de plaisir avec eux, à ton rythme, et selon les modalités qui te conviennent si tu en as le désir.

Si ta situation le requiert, tu peux avoir besoin d’aménagement pour mettre cela en place. N’hésite pas à venir nous en parler sur le tchat, nous pouvons te proposer des ressources.

On pense souvent que les personnes ayant un ou des handicap·s ne se masturbent pas, ou ne peuvent pas le faire. Il s’agit d’un préjugé qui relève du validisme. En effet, dans la société, on infantilise beaucoup les personnes ayant un ou des handicap·s, et on imagine qu’elles n’ont pas de sexualité. Alors qu’elles ont (tout comme les personnes valides) des désirs sexuels, et qu’elles aiment aussi se donner du plaisir, tout comme elles peuvent ne pas avoir.

Est-ce que c’est grave ?

Non, ce n’est ni grave, ni sale, ni quoi que ce soit de mauvais. C’est même très sain d’avoir un rapport de plaisir avec son propre corps. Cela aide à mieux se connaître, à mieux s’accepter, et aussi, simplement, à se détendre. Bien sûr, ce n’est pas pour autant que c’est obligatoire ! C’est tout à fait habituel et légitime de ne pas en avoir envie, y compris pour les garçons.

Je ne ressens pas l’envie de me toucher

L’autosexualité, ça concerne tout le monde ! Pour autant, chacun·e a des envies différentes, et il est tout à fait possible que tu ne ressentes pas ces envies. Dans ce cas, il est quand même important de se demander pourquoi on n’en a pas envie. Est-ce que c’est parce que ça ne t’intéresse simplement pas ? (ce qui est tout à fait légitime !) Ou est-ce que c’est parce que tu penses que c’est sale ou mauvais, et que tu as honte ?

Si tu te poses des questions, tu peux venir en discuter avec nous sur le tchat