La femme parfaite ?

Les clichés sur la féminité

Un gros mot n’est pas beau dans la bouche d’une fille.

Vrai :

Faux :

Voici la réponse :

Pourquoi ça serait mieux dans la bouche d’un garçon ? C’est révélateur de ce qu’on attend des femmes dans la société : qu’elles adoptent un comportement discret et irréprochable. La pression sur les filles est forte : elles ne doivent pas prendre trop de place, pas parler trop fort, ne pas s’énerver… Sinon, elles sont traitées de « folles » ou « d’hystériques ». On dira d’un homme politique qui s’énerve à la télé qu’il a « de l’autorité », qu’il a « la force d’exprimer ses idées » ; alors qu’une femme sera très vite critiquée. Le fait de traiter systématiquement les femmes comme ça, c’est une stratégie machiste – consciente ou non – pour que les femmes restent « à leur place ».

C'est fini ! 😀

Les filles créent toujours des embrouilles, les mecs sont beaucoup plus cool.

Vrai :

Faux :

Voici la réponse :

On peut avoir cette impression pour plusieurs raisons, qui sont toutes liées aux différences de traitement qu’on fait entre les filles et les garçons. La première, c’est qu’on ne considère pas les émotions des filles et des garçons de la même façon. On dit que c’est plus facile pour une fille d’exprimer ses émotions (joies, pleurs…) mais ce n’est pas tout à fait vrai : une fille qui rit trop fort, qui pleure trop fort, ou qui se met en colère sera rapidement traitée « d’hystérique », de « folle ». On dit toujours aux filles de parler moins fort, de rire moins fort, d’être humbles, discrètes, de ne pas trop s’affirmer, de ne pas couper la parole… alors que de telles pratiques chez un garçon seront encouragées, et montreront à tout le monde qu’il assure. Le fait qu’on ne perçoive pas les comportements des filles et des garçons de la même manière encourage ce type d’idées toutes faites. Quand des filles s’engueulent, on dira souvent « encore du crêpage de chignon », « les filles font encore des histoires », alors que quand ce sont des garçons, ça sera plus facilement pris au sérieux. La deuxième, c’est que la société encourage les rivalités entre les filles. Quand on est une fille à l’école par exemple, on peut très facilement subir le poids des rumeurs et des réputations : il est très dur d’agir comme on en a envie. Si on est sage, on sera considérée comme une « coincée » ; si on aime faire la fête ou parler avec des garçons, on sera une « pute ». Les réputations qui arrivent ensuite sont horribles à gérer et c’est très dur de s’en débarrasser. Les filles qui sont considérées comme des « putes » ou des « salopes » sont isolées, alors qu’un garçon qui fait la même chose sera considéré comme un « beau gosse ». Quand ça arrive à une copine, l’un des premiers réflexes est de s’éloigner d’elle. Du coup, beaucoup de filles préfèrent s’acharner sur les autres filles pour bien montrer à tout le monde qu’elles « ne sont pas comme ça ». Le fait de se mettre du côté est oppresseurs est un réflexe habituel pour ne pas être touché par une situation violente. Encourager la solidarité entre les filles et les femmes, c’est ébranler ce système injuste !

C'est fini ! 😀

C’est dégueulasse pour une fille de ne pas s’épiler.

Vrai :

Faux :

Voici la réponse :

Les poils, c’est naturel : tout le monde en a. Pourtant, on considère que les femmes doivent absolument les cacher ou les retirer. Ça ne date pas d’hier : le poil était considéré comme une vertu chez les hommes, un signe de puissance sexuelle et virile. Du coup, ça ne collait pas trop avec le fait que les femmes avaient aussi des poils. On ne les représentait donc pas sur les tableaux ou les sculptures (ou alors c’était le gros scandale ). Aujourd’hui, on a plus tellement ces idées, mais on a gardé la haine du poil. On dit que ce n’est pas beau, que c’est sale ; alors que c’est juste des habitudes esthétiques ! Et l’injonction aux femmes à s’épiler permet à l’industrie de l’épilation de se faire beaucoup d’argent. Le mieux, c’est peut-être encore d’arrêter de se mêler des poils des autres. En quoi ça nous regarde, que la voisine ait un abonnement chez l’esthéticienne ou pas ? Pourquoi ça nous choque que notre pote d’enfance n’ait plus envie de sortir épilée ? Là où c’est important, c’est que cette injonction à s’épiler participe du contrôle du corps des femmes. Il y a, aujourd’hui, des hommes qui s’épilent : ils ont le choix de le faire, ou pas. Pour les filles, ça serait bien que ça soit pareil.

C'est fini ! 😀

Les femmes sont trop émotives pour prendre des décisions importantes.

Vrai :

Faux :

Voici la réponse :

Les femmes ne sont pas, par nature, plus émotives que n’importe qui. Simplement, la société les encourage beaucoup plus à montrer leurs émotions. C’est donc beaucoup plus naturel pour la plupart des gens de voir une femme pleurer, dire qu’elle est émue, etc. Mais tout le monde ressent des émotions ! Ça ne dépend absolument pas du genre de la personne. Dire que les femmes sont trop émotives pour prendre des décisions importantes est machiste. C’est rabaisser les femmes pour les laisser à l’écart des sphères de pouvoir et de décision.

C'est fini ! 😀

Les femmes au pouvoir sont plus cruelles et froides que les hommes.

Vrai :

Faux :

Voici la réponse :

Quand on pense « femme de pouvoir », on a un peu en tête une femme sophistiquée, richissime, méprisante et autoritaire, qui fait tout pour asseoir son empire et la domination. Un peu comme le personnage de Miranda Priestly dans Le Diable s’habille en Prada. Quand on pense « homme de pouvoir », les représentations sont beaucoup plus variées : on peut imaginer un gros type blond en costard, un jeune geek en polo, ou un type au look « père de famille sympa ». Et tout ça, c’est parce qu’on est habitué.e.s à voir des hommes au pouvoir ! Alors que les femmes au pouvoir sont encore imaginées, fantasmées. Pourquoi ? Parce qu’il n’y en a pratiquement pas. Par ailleurs, toujours à cause des préjugés sexistes qui veulent que les femmes soient douces, calmes, gentilles, à la maison, on est toujours un peu suspicieux face à une femme qui a brisé ces codes. Parce qu’elles sortent du schéma établi pour elles.

C'est fini ! 😀

Au moins, les femmes ont l’avantage de pouvoir s’appuyer sur leur beauté pour réussir !

Vrai :

Faux :

Voici la réponse :

Les femmes sont sans cesse renvoyées à leur apparence physique : les publicitaires l’ont bien compris. On attend d’elles, beaucoup plus que des hommes, qu’elles soient belles, propres, maquillées, coiffées, épilées, parfumées, etc. Une femme qui décide de ne pas se maquiller, de s’habiller de façon peu « féminine » ou de ne pas s’épiler se prendra constamment des remarques (de la part de ses proches, de ses employeurs, de parfait.e.s inconnu.e.s) ou sera harcelée sur les réseaux sociaux ). C’est le premier point : les femmes sont en permanence regardées et jugées sur leur apparence. Dire que les femmes peuvent s’appuyer sur leur physique pour gravir les échelons d’une hiérarchie, c’est doublement dangereux. D’abord, parce que ça sous-entend que les femmes sont des incompétentes, qu’elles ne peuvent pas avoir d’autres qualités que l’attirance sexuelles qu’elles peuvent générer chez les hommes. Ensuite, parce que ça sous-entend que les hommes ne pensent qu’à coucher avec leurs collègues, qu’ils sont incapables de se retenir et de parler avec d’autres femmes. Comme le préjugé selon lequel les femmes couchent pour réussir, celui-ci encourage les gens à objectifier le corps des femmes (c’est-à-dire, à les considérer comme des objets sexuels), ce qui légitime, entre autres, les agressions sexuelles et les viols au travail, très fréquentes ( 1 femme sur 5 ) a subi des violences sexuelles au travail, et 5% seulement de ces cas ont été portés devant la justice).

C'est fini ! 😀

Une femme de pouvoir doit faire attention à ne pas intimider les hommes si elle veut séduire.

Vrai :

Faux :

Voici la réponse :

Pourquoi une femme de pouvoir serait intimidante ? L’est-elle plus qu’un homme de pouvoir ? Si oui, c’est parce qu’elle brise les codes qui sont attendus d’elle : discrétion, soumission, conciliation, etc. pour entrer dans un univers dont les femmes sont généralement exclues. Elles investissent un milieu qui était, jusqu’à présent, l’apanage des hommes. Si ça intimide les hommes, c’est parce qu’ils se sentent menacés dans leur virilité : une femme fait ce qu’ils ont le droit de faire, depuis toujours, sans se poser de questions. C’est très révélateur des inégalités de genre !

C'est fini ! 😀

Il est plus dur pour une femme noire d’être élue que pour une femme blanche.

Vrai :

Faux :

Voici la réponse :

Malheureusement, oui. Les personnes identifiées comme des femmes subissent le sexisme ; mais cela ne les protège pas des autres oppressions, qui sont elles aussi des freins à l’emploi et aux fonctions électives. Le racisme en est une. Une femme noire (c’est aussi vrai pour une femme asiatique ou une femme arabe), subira non seulement le sexisme, mais aussi tous les clichés du racisme (par exemple : les noirs sont paresseux, les arabes sont des terroristes islamistes, etc.). Plus les oppressions sont nombreuses, plus le système met des freins. C’est très important d’en avoir conscience pour ne plus perpétuer d’oppressions et que tout le monde ait les mêmes chances.

C'est fini ! 😀