Comment bien se protéger lors d'un rapport sexuel ?

Les rapports sexuels comportent des risques de contamination aux IST (infections sexuellement transmissibles), ainsi que des risques de grossesse non désirée. C’est pour cela qu’il est important de bien se protéger quelle que ce soit ton orientation sexuelle et la ou les personnes avec lesquelles tu as des rapports !

Lorsque l’on consent à un rapport sexuel, on y consent avec un choix de protection et il est important de se mettre d’accord au préalable. On ne peut pas enlever la protection utilisée pendant le rapport sexuel sans en avertir et en discuter avec sa, son ou ses partenaires. Cette pratique, appelée “stealthing”, est irrespectueuse et interdite, elle rentre dans le cadre des rapports sexuels non consentis.

Bien se protéger des IST :

Si tu as des rapports sexuels avec une ou des personnes sans que vous ayez toutes été dépistés au préalable, ou si ta, ton ou tes partenaires ou toi-même avez des rapports sexuels avec d’autres personnes, il est important de se protéger systématiquement contre les risques d’IST.

Le VIH n’est pas la seule IST. Il existe tout un tas d’autres IST (comme l’hépatite C, la chlamydia, la syphilis, l’herpès,…), ainsi être protégé·e du VIH n’est pas suffisant.

Tu peux te protéger de manière ponctuelle, pour un rapport, ou sur le long terme (pour ce qui concerne le risque VIH) !

Lors d’un rapport, il existe un moyen de se protéger pour chaque pratique :

De manière générale, il ne faut pas hésiter à utiliser du lubrifiant (à base d’eau afin qu’il soit compatible avec le latex des préservatifs, digue, gants,…), cela permet d’éviter les irritations qui facilitent la transmission des différentes IST.

Au long terme : il existe aujourd’hui un moyen de se prémunir d’une contamination au VIH (Sida), la prep. C’est un traitement préventif, qu’il faut prendre quotidiennement. Pour en savoir plus : http://prep-info.fr/infos-modalites. Attention, la prep ne protège que du VIH, et il faut quand même se protéger des autres MST et IST.

En cas d’urgence ?

Si tu as un rapport non-protégé avec une ou des personnes dont tu ne connais pas le statut (seropositif VIH/seronegatif VIH), il existe un traitement d’urgence, le TPE : traitement post-exposition. Il faut commencer à le prendre dans les 48h après le rapport, et le traitement dure plusieurs semaines, jusqu’à un dernier test 6 semaines après pour une confirmation à 100%. Pour en savoir plus : https://www.france.tv/slash/sexy-soucis/1029189-le-tpe.html

https://gotogyneco.be/gestes-a-adopter/

Bien se protéger d’une grossesse non désirée :

Si tu connais bien ton, ta ou tes partenaire·s, que vous avez tou·te·s été dépisté·e·s et que vous n’avez pas en dehors, d’autres relations sexuelles à risque, vous pouvez vous protéger uniquement des grossesse non désirées.

Il existe beaucoup de moyens différents selon ton mode de vie, ta situation médicale ou ton sexe.

Pour les comparer, tu peux te renseigner sur le site choisirsacontraception.fr

Comment y avoir accès ?

Pour les préservatifs, tu peux y avoir accès en pharmacie, en supermarché, dans des distributeurs ou sur internet. Pour le reste, ta/ton médecin généraliste, ou à ta/ton gynécologue peuvent te prescrire une contraception. Tu peux aussi aller dans un centre du planning familial. Tes parents ne sont pas obligés d’être au courant.

Tu peux trouver les structures dont tu as besoin partout en France sur le site du planning familial

Si tu viens d’avoir un rapport hétérosexuel non protégé, et que tu souhaites savoir comment obtenir une contraception d’urgence, tu peux consulter notre page : Quelle contraception en cas d’urgence ?

  • gynécologue //
  • sexualité //
  • contraception //

Écrit par :

  • En avant toute(s) -