Allez chez la⋅e gynécologue

Les visites chez la·e gynécologue peuvent faire peur, cela touche à des parties très intimes de ton corps et de ta vie. Pour t’aider dans cette démarche, voilà quelques informations et conseils.

Quand aller chez la·e gynécologue ?

Il n’y pas d’âge pour commencer à voir un·e gynécologue, et les raisons d’y aller sont très variées :

Le suivi gynécologique (qu’il soit assuré par un·e gynécologue pour par un·e sage-femme) est pensé pour t’accompagner dans ta sexualité et ton rapport à ton corps. Il n’y a pas de raisons “bête” de consulter, si tu en ressens le besoin, c’est que tu as tout à fait ta place dans une consultation.

Comment trouvez un·e soignant·e ?

Il peut être plus agréable de consulter quelqu’un qui t’a été recommandé : par des amies, par des personnes de ta famille, etc… Tu n’es pas obligé·e d’être suivi·e par un·e gynécologue, aujourd’hui les sages-femmes peuvent réaliser le suivi gynécologique global, ainsi que la pose de contraceptifs comme les DIU. Tu peux aussi te poser des questions sur le type de profil qui te mettra le plus à l’aise. Est-ce que tu préfères une femme ou un homme ? Une personne jeune ou plus âgée ? Il n’y a pas de bonne réponse, c’est à toi de voir ce qui te met le plus à l’aise. Sur internet, tu peux trouver une liste de soignant·e·s bienveillantes sur Gyn&co.com

Tu peux aussi trouver une liste de gynécologues Transfriendly sur Bdd trans

Comment ça se passe ?

Une consultation avec un·e gynécologue se base surtout sur une discussion pour déterminer ton état de santé général. On te posera des questions sur tes règles (si elles sont régulières, douloureuses, …), ta sexualité (tu n’es pas obligé de répondre aux questions avec lesquelles tu n’es pas à l’aise), tes antécédents familiaux (si tu sais si dans ta famille, les cancers du sein, des ovaires, de l’utérus, … sont fréquents).

L’examen gynécologique n’est pas obligatoire, et rarement nécessaire lors d’une première consultation. Tu as tout à fait le droit de le refuser. Pour certaines prescriptions, il faudra passer par là, mais cela peut attendre que tu te sentes plus à l’aise.

Parmi les différents examens possibles il y a :

Comment me préparer ?

Si tu as des questions précises, tu peux les écrire sur un papier, ou sur ton téléphone, afin de ne pas les oublier sur le moment à cause du stress par exemple. Si tu as envie d’être accompagnée par quelqu’un, vous pouvez définir ensemble de son rôle, et des situations dans lesquelles cette personne doit intervenir. Pas besoin de s’épiler, pour voir un·e gynécologue. Les poils font partie intégrante tes organes génitaux, elles et ils y sont tout à fait habitué·e·s. Tu peux aussi tout à fait aller à une consultation pendant ta période de règles, ce n’est pas sale, et n’oublie pas que les règles font partie intégrante de leur travail !

Enfin, avant la consultation, tu peux bien évidemment te laver, mais il est déconseillé de le faire plus qu’à son habitude. Non seulement, trop se nettoyer, ce n’est pas bon pour le vagin, mais la·e soignant·e, si elle réalise un examen gynécologique a besoin de voir comment ton vagin fonctionne naturellement, et au quotidien. Le mieux, c’est donc de faire comme on a l’habitude !

Qu’est-ce que j’ai le droit de faire ?

Voilà quelques conseils que tu pourras retrouver dans la brochure “S’armer jusqu’aux lèvres“

Tu peux venir accompagné·e d’un·e proche : cela peut être qui tu veux (pas forcément quelqu’un de ta famille ou ta ou ton partenaire). Vous pouvez décider à l’avance de son rôle : elle peut intervenir pour te soutenir, rester silencieuse, …

Tu es légitime à dire non dans toutes les situations. Si la prescription te fait peur, si tu ne comprends pas, si tu n’es pas prêt·e pour un examen gynécologique, si on te demande de te mettre entièrement nu·e,… Quelle que soit la situation, tu as le droit de dire non.

Tu peux quitter le cabinet, même sans payer, dès que tu sens que tu n’es pas respectée, ou que tu es mal à l’aise.

Tu peux changer de soignant·e si tu n’es pas à l’aise. Il est tout à fait fréquent d’essayer plusieurs personnes avant de trouver celle avec laquelle on se sent bien.

Tu peux demander plusieurs avis à d’autres soignant·e·s si le traitement qu’on te propose te fait peur ou peut avoir des conséquences importantes.

Tu as tout à fait le droit de mentir si tu n’es pas à l’aise ou que tu sens que tu vas être jugé·e.

  • gynécologue //
  • sexualité //
  • contraception //

Écrit par :

  • En avant toute(s) -